Production d’eau potable à Pointe-Noire/Emile Ouosso à la recherche des ressources de grande capacité   de captage d’eau

0
6265
Emile Ouosso

La ville de Pointe-Noire connait des problèmes d’approvisionnement en eau potable avec un risque d’’intrusion des sels marins dans la nappe phréatique. C’est ainsi que,  le ministre de l’énergie et de l’hydraulique, Emile Ouosso, accompagné d’une équipe, a visité les 29 et 30 avril dernier, dans les départements de Pointe-Noire et du Kouilou, les différents sites permettant le captage d’eau afin de distribuer à la population ponténégrine une eau de qualité. 

L’alimentation d’eau de la ville de Pointe-Noire réside essentiellement sur des eaux souterraines, qui ont des limites et ne peuvent t’être exploitées de manière durable. Or, avec les problèmes de changements climatiques, se présentent  des risques d’intrusion d’eaux salines qui rendent l’eau  impropre à la consommation.  Dans la recherche des solutions pérennes, des ressources beaucoup plus sûres pour mettre  la population  à l’abri de ce problème, le cap a été porté en premier sur la rivière Tombo, situé dans le village Mpili, dans la sous-préfecture de Louango. 

« Nous sommes venus voir les problèmes de Pointe-Noire à long terme, d’approvisionnement en eau. Sachant qu’il y a des limites qui se présentent à nous, notamment l’inclusion des sels marins dans la nappe phréatique et la qualité de l’eau commence à baisser. Il nous fallait donc regarder pour les 50 ou 100 ans à venir, comment faire pour que Pointe-Noire ait de l’eau propre. Nous sommes partis voir la rivière Tombo qui a un haut débit supérieur et  qui se trouve à côté du site où sera implantée l’usine de fabrication de potasse et nous allons profiter de cette synergie pour créer un captage d’eaux très important afin d’alimenter cette usine, la zone économique spéciale de Pointe-Noire et la ville elle-même », a signifié Emile Ouosso. 

Jean Gustave Foundou, conseiller en hydraulique du ministre, a de son côté ajouté que : « la rivière Tombo est pour nous une rivière à haut potentiel pour l’alimentation en eau potable de la ville de Pointe-Noire de manière durable. Nous sommes donc à la recherche des rivières de grandes capacités pour résoudre les problèmes d’alimentation en eau de cette ville jusqu’à un horizon large ». 

Après la rivière Tombo, s’en est suivie la visite du lac Ngouambouchi dans le cinquième arrondissement, Mongo-Mpoukou, où il est prévu le captage de l’eau vers une unité de potalisation d’une capacité de 1500 m3 pour renvoyer cette eau au niveau d’un réservoir qui se trouve à Vindoulou, qui par la suite va desservir l’ensemble de la ville et avec un refoulement vers Mengo et un autre vers Mongo- Mpoukou et la pose d’un réseau d’un linéaire de canalisation de plus de 350 km de linéaire de canalisation avec plus de 20000 branchements additionnels dans les quartiers périphériques. « Cette phase de reconnaissance des sites est essentielle, car après elles, interviendront d’autres puisque nous souhaiterons arriver à une solution pérenne pour la desserte de la ville de Pointe-Noire en eau potable. Nous comptons sur nos différents partenaires et l’Etat. Nous sommes en surs qu’avec les appels d’offres qui seront lancés après que tout le travail en amont soit fait, nous espérons d’être entendus par tous nos partenaires. Oui, au niveau du site de Mongo-Mpoukou sera construit un grand château d’eau à partir duquel toutes les opérations techniques de dessertes vont être concentrées afin que tous les arrondissements bénéficient de la desserte en eau potable »,  a poursuivi Jean Gustave Foundou.

Par ailleurs, le ministre et son équipe ne se sont pas limités qu’à la recherche des sites d’approvisionnement, mais ont poursuivi leur travail en visitant les infrastructures sous-tutelles.  

Sur le terrain il a été constaté que quelques patrimoines fonciers de la LCDE  sont déjà occupés par des tiers.  « Nous avons donné des instructions à la LCDE de les faire déguerpir au besoin avec l’aide de la mairie, si non du ministère des affaires foncières. Il s’agit de l’espace où nous devons bâtir le grand réservoir Mongo-Mpoukou qui pourra atteindre 10000 m3, un réservoir de 5000 m3 à Mongo- kamba… »

La direction départementale de la LCDE située au centre-ville de Pointe-Noire, a été le point de chute de l’équipe ministériel. Après un constat de l’état vétuste du local,  des instructions de rafraichissement des murs ont été données par le ministre Ouosso, en attendant la réhabilitation de ce vieil immeuble, qui date des années 54. 

Rappelons que le ministre de l’énergie avait dans sa délégation : le directeur général adjoint en hydraulique, Antoine Oléa ; Jean Gustave Foundou, conseiller en hydraulique ; Adou Danga, directeur général de la E2C.