UN COUPLE INTERPELLE POUR TRAFIC D’IVOIRE A BRAZZAVILLE

0
153

Le 29 juillet, dans la ville, deux individus ont été pris en flagrant délit de détention, circulation et tentative de commercialisation de quatre pointes d’ivoire, représentant deux éléphants massacrés. Le fait de détenir les ivoires, de circuler avec et tenter de les commercialiser, constitue un délit, car ils relèvent d’une espèce animale intégralement protégée par la loi 37/2008 du 28 novembre 2008 en République du Congo.

Le couple, présumé trafiquant a été interpellé conjointement par les éléments de la Région de Gendarmerie de Brazzaville et des agents de la Direction Départementale de l’Economie forestière de cette même ville avec l’appui technique du Projet d’appui à l’Application de la Loi sur la Faune sauvage (PALF). Ces deux individus avaient en leur possession quatre pointes d’ivoire dont une paire sectionnées en deux. Ils ont été déférés ce 03 août au Tribunal de Grande Instance de Brazzaville et demeurent derrière les barreaux en attente de leur procès.

Les ivoires saisis auraient été achetés par ces deux présumés trafiquants dans le Département des Plateaux et transportés jusqu’à Brazzaville pour la commercialisation. A Brazzaville, plusieurs autres individus seraient aussi impliqués dans ce réseau. Les enquêtes se poursuivent dans ce sens afin de démanteler tout le réseau. Ces individus encourent des peines allant jusqu’à cinq ans d’emprisonnement ferme assorties d’une amende dont le plafond est de cinq millions de F.CFA conformément à la loi.

Le commerce illégal des produits de faune conduit à l’extinction des espèces fauniques à travers le monde. Conscient de ce fait, le Congo depuis un certain temps s’est engagé à protéger ses espèces animales en voie d’extinction. Un travail est régulièrement accompli par les autorités  dans ce sens et les contrevenants à la loi sont sanctionnés.

 « Nous, les agents des Eaux et Forêts en collaboration avec les gendarmes et le projet qui nous appui, nous sommes débout comme un seul homme pour traquer tous ceux-là qui ne veulent pas s’aligner derrière la réglementation en vigueur », a déclaré Huguette Flore NGOKABE, Directrice Départementale de l’Economie forestière de Brazzaville. 

En République du Congo,  l’éléphant fait partie des espèces animales intégralement protégées, conformément à loi. L’article 27 de la loi Congolaise sur la faune et les aires protégées stipule : « l’importation ; l’exportation ; la détention et le transit sur le territoire national des espèces intégralement protégées ; ainsi que de leurs trophées sont strictement interdits ; sauf dérogation spéciale de l’administration des eaux et forêts ; pour les besoins de la recherche scientifique ».