Aux Grands Hommes, la reconnaissance de la nation : Guy Emile LOUFOUA CETIKOUABO, l’envoyé du ciel ?

0
282929

Plongé dans un coma profond de 3 ans et demi à la suite d’un accident, à son réveil, il déclare avoir reçu sa mission divine et commence à guérir des malades, en utilisant la biéramicine. Le représentant unique et légal de Dieu sur terre, comme le disent ses adeptes, Guy Emile LOUFOUA CETIKOUABO, a vécu dans la nuit du 20 au 21 mai 1992, le déplacement de l’Étoile de David et son implantation définitive au Mont Kari-kari qui est devenu à partir de là, le royaume céleste, le lieu du dernier jugement.

Marquée par la maladie et l’état comateux pendant trois (3) ans et demi qu’il a connu entre l’âge de douze (12) et quinze (15) ans et demi. Cette maladie correspond à une étape de purification et d’initiation car c’est au cours de ce coma que Guy Emile LOUFOUA CETIKOUABO a reçu la visite d’un Ange de Dieu. Celui-ci lui avait révélé la Mission que l’Eternel Dieu lui avait prescrite sur terre. Il s’agit de la Mission de l’OPH, la Sainte Mission Secrète de Jésus-Christ dont il est chargé de continuer sur terre.

En effet, après une série de miracles, il reçoit le titre de Grand Maître de l’OPH, Dieu Créateur de l’Univers. Devant un nombre toujours croissant d’adeptes, il réunit l’argent nécessaire pour acheter aux alentours de Brazzaville la montagne Kari-Kari, où il organise des rituels gigantesques. 

Vie spirituelle 

Pour ses fidèles, Guy Emile LOUFOUA CETIKOUABO, est le fruit de la promesse de Dieu, l’envoyé de Dieu dont il est question dans le passage biblique de Deutéronome 18 :18 -22 « Je leur susciterai du milieu de leurs frères un prophète semblable à toi, je mettrai mes paroles dans sa bouche, et il leur dira tout ce que je lui ordonnerai. Si un homme n’écoute pas mes paroles que ce prophète aura prononcées en mon nom, alors c’est moi-même qui lui en demanderai compte. Mais si un prophète a l’audace de dire en mon nom une parole que je n’ai pas ordonnée de dire, et s’il parle au nom d’autres dieux, ce prophète mourra. Peut-être vas-tu dire en ton cœur, comment saurons-nous que cette parole Yahvé ne l’a pas dite ?  Si ce prophète a parlé au nom de Yahvé, et que sa parole reste sans effet et ne s’accomplit pas, alors Yahvé n’a pas dit cette parole-là. Le prophète a parlé avec présomption. Tu n’as pas à le craindre ».

C’est d’ailleurs le cas du déplacement de l’Étoile de David, de l’Orient au Congo-Brazzaville ; plus précisément à Kibossi, et plus exactement au Mont Kari-Kari. Cette Étoile n’est autre que celle qui avait guidé les trois rois mages en s’arrêtant au-dessus de l’endroit où l’enfant Jésus était né, comme il est écrit dans Matthieu 2 :9  « …Et voici l’étoile qu’ils avaient vue en Orient, marchant devant eux jusqu’à ce qu’étant arrivée au-dessus du lieu où était né le petit enfant, elle s’arrêta ». Pour ces derniers, cette étoile était temporairement suspendue en Orient.

Car avant cela, l’ange de l’Eternel avait apparu à Guy Emile LOUFOUA CETIKOUABO, pour lui annoncer qu’un  Grand évènement, devrait se produire dans un futur proche en lui faisant la promesse suivante : « Dieu réalisera des merveilles en Afrique, au Congo, pour le bien de l’humanité tout entière, pour le salut de toutes les nations du monde ».C’est ainsi que dans la nuit du 20 au 21 mai 1992 de 20h à 3h du matin, après sa prière, Dieu lui révéla que : Le Mont Kari-Kari est devenu de ce fait, la Nouvelle Jérusalem, la demeure de l’Eternel, le Grand sanctuaire de Yahvé Sebaoth, où Il réside avec tous les patriarches. 

Sa naissance et sa jeunesse

Né vers 1942, au village Makaka II, situé entre la gare ferroviaire de Goma Tsé Tsé et celle de Kibossi, dans la région du Pool, en Territoire du Moyen-Congo (actuelle République du Congo).

Non seulement, sa naissance était précédée d’une éclipse de soleil, le tout premier qu’a connu notre pays à l’époque du moyen Congo, mais en plus selon certains témoignages recueillis l’accouchement de Guy Emile LOUFOUA CETIKOUABO avait failli coûter la vie à sa mère. Car, au lieu de naître par la voie ordinaire, il voulait plutôt « sortir par sa bouche ». Avant de naître finalement par voie normale, sans placenta. En effet, ce dernier n’était pas lié à sa maman par le cordon ombilical, car son nombril était sec à sa naissance.

Ces noms, LOUFOUA CETIKOUABO signifient dans le dialecte « Kongo »: « La mort arrête-toi là ». En effet, Guy Emile LOUFOUA CETIOUABO est né à une époque où la mortalité des garçons nouveau-nés faisait rage dans sa famille. Ces noms lui avaient été donnés par ses parents comme pour demander à la mort d’arrêter le massacre.

Étant  jeune, Guy Emile LOUFOUA CETIKOUABO était très mobile et indépendant. Il allait d’un lieu à un autre et savait s’exécuter promptement et se laisser guider par son intuition. Il était très altruiste et le désir de partager tout ce qu’il pouvait trouver à manger le hantait. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’une foule d’enfants se plaisait à le suivre partout où il allait.

Par ailleurs, le Grand Maître Guy Emile LOUFOUA CETIKOUABO était  marié et père de famille. Il a toujours pensé que la famille est le premier terrain d’expérimentation de l’Amour Sincère du Prochain. 

De ce fait, son nouveau statut de Sauveur de l’Humanité devenant de plus en plus pesant dans la société, ce dernier, s’est contraint en 1988 de se retirer de la vie publique. Depuis lors, la légende raconte qu’il se manifeste à ses disciples seulement lorsqu’il le décide. Soit sous la forme d’un enfant ou d’une vieille femme, soit par apparition furtive dans le soleil, invitant télépathiquement ses adeptes à continuer la pratique de l’amour sincère du prochain.